Écoconstruction en Belgique : les matériaux biosourcés c’est quoi ?

Écoconstruire est devenu un enjeu y compris en Wallonie et partout en Belgique où la transition écologique et la lutte contre le changement climatique sont devenues pour beaucoup un objectif à court terme. Dans ce contexte les matériaux biosourcés ont plus que jamais leur place dans le processus de construction d’un bâtiment. Durables, au faible bilan carbone et aux performances énergétiques reconnues, ils méritent toute notre attention. C’est pourquoi, ELEA ASBL, votre centre de formation en écoconstruction et en écorénovation à Namur prend le temps de vous faire découvrir ce qu’est un matériau biosourcé.

Matériaux biosourcés en Belgique


Un matériau biosourcé, c’est quoi ?

Les matériaux biosourcés sont issus de la biomasse végétale ou animale. Ils sont utilisés comme produits ou co-produits entrant dans le processus de construction d’un bâtiment. Respectueux de l’environnement, économiques et offrant de belles performances énergétiques, ces biomatériaux présentent des atouts indéniables :

  • 100 % naturels ;
  • Renouvelables ;
  • Recyclables ;
  • Au bilan carbone négatif ou neutre ;
  • Isolants thermiques ;
  • Isolants acoustiques ;
  • Performants en gestion de l’hygrométrie ;
  • Maintenant une atmosphère saine et non polluante, sans dégagements chimiques ;
  • Résistants au feu ;
  • Résistants aux champignons et aux moisissures ;
  • Economiques et permettant la création d’emplois locaux ;
  • Inoffensifs pour les travailleurs qui les mettent en œuvre sur chantier ;
  • Etc.

Les six filières de matériaux biosourcés reconnues en Belgique

Les matériaux biosourcés peuvent être catégorisés en six filières différentes. Elles sont reconnues en France mais aussi en Wallonie et font l’objet d’un label spécifique, le « Label produit biosourcé ». Une entreprise fabricant un produit à base de matériaux biosourcés peut, à condition de répondre aux critères d’obtention, solliciter ce label.

Les six filières de biomasse concernées sont les suivantes :

  • La paille : utilisée depuis plus de 100 ans pour la construction de maisons, on la retrouve sous forme de bottes, de torchis, associée à la terre ou à la chaux. C’est un co-produit agricole issu de la production de céréales. Contrairement à ce que l’on peut penser, la paille est un matériau durable, résistant au feu et un excellent isolant thermique ;
  • Le bois : revenu à la mode depuis les années 2000, le bois est le plus ancien matériau de construction connu. De nombreux bâtiments actuels en Belgique sont réalisés dans ce matériau noble et 100 % naturel. Matériau durable, résistant, isolant, stable en cas d’incendie (contrairement au béton armé), facile à mettre en œuvre, etc., on le retrouve partout et notamment sous forme d’ossatures, de charpentes, de parquets et de lambris, etc. ;
  • Le chanvre : employé dans de nombreux domaines d’activité, le chanvre était le parent pauvre de la construction durant la période industrielle. Il est enfin réhabilité et remis au goût du jour en écoconstruction. Facile à cultiver en Belgique, il se décline sous forme de béton, de panneaux, en vrac, projeté et offre à la fois une isolation thermique et acoustique efficace ;
  • La laine de mouton : matériau d’origine animale (issu des parties de tonte non conservées pour le textile) et renouvelable, elle est appréciée pour ses qualités isolantes d’un point de vue thermique et acoustique. Résistante au feu, elle ne dégage aucune fumée toxique en cas d’incendie. C’est également un matériau qui garantit une bonne gestion de l’humidité et peut absorber la pollution ambiante. Elle est aussi recyclable à 100 % ;
  • L’herbe : l’utilisation de l’herbe et précisément de l’herbe de prairie en écoconstruction est relativement récente et pourtant elle offre de nombreux avantages trop longtemps ignorés. Sous forme de panneaux, elle isole contre le froid, le chaud et le bruit. Elle agit aussi en régulatrice de l’hygrométrie. L’herbe, ainsi conditionnée, résiste aussi aux moisissures et aux champignons. L’isolant en herbe présente aussi un bilan carbone négatif ;
  • L’argile : enduit, peinture, briques, torchis, pisé, etc., l’argile est utilisée en construction sous différentes formes et depuis longtemps. Ce matériau est un bon régulateur thermique et d’humidité. Il est qui plus est facile à mettre en œuvre autant dans le cadre d’une nouvelle construction que dans celui d’une rénovation.

Envie d’en savoir plus sur l’écoconstruction et les biomatériaux en Belgique ?

Intéressé par l’écoconstruction et l’utilisation de matériaux biosourcés permettant de réduire l’impact environnemental lors de la construction d’un bâtiment ? Avec pour objectif la formation, la promotion et la sensibilisation à l’écoconstruction, l’ASBL ELEA, basée à Namur, répond à vos questions. N’hésitez pas à contacter notre équipe par téléphone ou via notre formulaire en ligne.